Didn't see what you were looking for? Try with Google

Eugene Delacroix Journal

Eugène Delacroix (26 April 1798 – 13 August 1863)

"They say that truth is naked. I cannot admit this for any but abstract truths; in the arts, all truths are produced by methods which show the hand of the artist."

Eugene Delacroix Painting - self portrait
Eugene Delacroix, self-portrait

Eugene Delacroix journal is one of the most important document in art history. It span the period from 1862 to 1863 roughly. Among the pages, you find references to Delacroix friends such as Chopin and George sand and the life in Paris and the French countryside in the mid 1800s. Delacroix vision and thoughts put him at the fore-front of the Romantic movement

Eugene Delacroix Journal

eugene delacroixEugene delacroix in a drawing


 

delacroix paintingLiberty Leading the People, 1830. (free documentary Delacroix: Liberty Leading the People)
Delacroix is one of the soulf of the Romantic Movement and perhaps the most important one in the figurative arts.
I can't but think of the many young dead which caused these "isms": patriotism, nationalism, romanticisms, typical of this epoch up to the First World War (a massacre, including certainly the American Civil War, a late Napoleonic-style war fought with the first modern weapons; I also include the "romantic" practice of honour duels which roots back in the middle-ages and lasted through the whole 19th century)


EUGENE DELACROIX JOURNAL - 1853 Quote on painting

 

"The type of emotion peculiar to painting is, so to speak, tangible; poetry and music cannot give it. You enjoy the actual representation of objects as if you really saw them, and at the same time the meaning which the images have for the mind warms you and transports you. These figures, these objects, which seem the thing itself to a certain part of your intelligent being are like a solid bridge on which imagination supports itself to penetrate to the mysterious and profound sensation for which the forms are, so to speak, the hieroglyph..." (source)

THE BEGINNING OF THE JOURNAL - 1822 (IN FRENCH)


Louroux, mardi septembre 1822 (1)

Je mets a exécution le projet formé tant de fois d'écrire un
journal. Ce que je désire le plus vivement, c'est de ne
pas perdre de vue que je l'écris pour moi seul. Je
serai donc vrai, je l'espère; j'en deviendrai meilleur.
Ce papier me reprochera mes variations. Je le commence
dans d'heureuses dispositions.
Je suis chez mon frère; il est neuf heures ou dix
heures du soir qui viennent de sonner à l'horloge du
Louroux. Je me suis assis cinq minutes au clair de
lune, sur le petit banc qui est devant ma porte, pour
tâclier de me recueillir; mais quoique je sois heureux
aujourdhui, je ne retrouve pas les sensations
d'hier soir... C'était pleine lune.
Assis sur le banc quiest contre la maison de mon frère, j'ai goûté des
heures délicieuses. Après avoir été reconduire des
voisins qui avaient dîné et fait le tour de l'étang,
nous rentrâmes. Il lisait les journaux, moi je pris
quelques traits des Michel-Ange que j'ai apportés
avec moi : la vue de ce grand dessin m'a profondément
ému et m'a disposé à de favorables émotions.
La lune, s'étant levée toute grande et rousse dans un
ciel pur, s'éleva peu à peu entre les arbres. Au
milieu de ma rêverie et pendant que mon frère
me parlait d'amour, j'entendis de loin la voix de
Lisette (2). Elle a un son qui fait palpiter mon coeur;
sa voix est plus puissante que tous autres charmes de
sa personne, car elle n'est point véritablement jolie;
mais elle a un grain de ce que Raphaël sentait si
bien ; ses bras purs comme du bronze et d'une forme
en même temps délicate et robuste. Cette figure, qui
n'est véritablement pas jolie, prend pourtant une
finesse, mélange enchanteur de volupté et d'honnêteté...
de fille..., comme il y a deux ou trois jours,quand elle vint,
que nous étions à table au dessert :
c'était dimanche. Quoique je ne l'aime pas dans ses
atours qui la serrent trop, elle me plut vivement ce
jour-là, surtout pour ce sourire divin dont je viens
de parler, à propos de certaines paroles graveleuses
qui la chatouillèrent et firent baisser de côté ses yeux
qui trahissaient de l'émotion; il y en avait certes
dans sa personne et dans sa voix; car, en répondant
des choses indifférentes, elle (sa voix) était un peu
altérée et elle ne me regardait jamais. Sa gorge aussi
se soulevait sous le mouchoir. Je crois que c'est ce
soir-là que je l'ai embrassée dans le couloir noir de
la maison, en rentrant par le bourg dans le jardin;
les autres étaient passés devant, j*étais resté derrière
avec elle. Elle me dit toujours de finir, et cela tout
bas et doucement; mais tout cela est peu de chose.
Qu'importe? Son souvenir, qui ne me poursuivra point
comme une passion, sera une fleur agréable sur ma
route et dans ma mémoire. Elle a un son de voix
qui ressemble à celui d'Elisabeth, dont le souvenir
commence à s'effacer.
— J'ai reçu dimanche une lettre de Félix (3), dans
laquelle il m'annonce que mon tableau a été mis au
Luxembourg (4). Aujourd'hui mardi, j'en suis encore
fort occupé; j'avoue que cela me fait un grand bien
et que cette idée, quand elle me revient, colore bien
agréablement mes journées. C'est l'idée dominante
du moment et qui a activé le désir de retourner à
Paris, où je ne trouverai probablement que de l'envie
déguisée, de la satiété bientôt de ce qui fait mon
triomphe à présent, mais point une Lisette comme
celle d'ici, ni la paix et le clair de lune que j'y respire.
Pour en revenir à mes plaisirs d'hier lundi soir, je
n'ai pu résister à consacrer le souvenir de cette
douce soirée par un dessin, que j'ai fait dans mon
album, de la simple vue que j'avais, du banc où je
me suis si bien trouvé. J'espère remonter le plus que
je pourrai à mes idées et à mes jouissances intérieures...,
mais an nom de Dieu, que je continue!
— Me rappeler les idées que j'ai eues sur ce que je
veux faire à Paris en arrivant pour m'occuper, et sur
les idées qui me sont venues pour des sujets de
tableaux.
— Faire mon Tasse en prison (5) grand comme
nature....

(1) Eugène Delacroix était venu passer ses vacances au Louroux, près
de Louans, dans l'arrondissement de Loches, en Touraine, chez son frère
aîné le général Charles Delacroix, ancien aide de camp du piùnce
Eugène, qui avait hérité de celle propriété de faïuille
(2) A propos de cette « Lisette »> qui occupait l'attention du jeune
peintre, Delacroix écrivait à son ami Pierret, le 18 août 1822 : « Je
t'écris à une toise et demie de distance de la plus charmante Lisette que
tu puisses imaginer. Que les beautés de la ville sont loin de cela ! Ces
bras fermes et colorés par le grand air sont purs comme du bronze; toute
cette tournure est d'une chasseresse antique. Dis à notre ami Félix
(Guillemardet) que malgré son antipathie pour les bas bleus, je crois
qu'il rendrait les armes à Lisette. Et, du reste, ce n'est pas la seule;
toutes ces paysannes me paraissent superbes. Elles ont des têtes et des
formes de Raphaël, et sont bien loin de cette fadeur blafarde de nos
Parisiennes. Mais, hélas! malgré quelques larcins, mes affaires ont bien
de la peine à avancer auprès de ma Zerlina! Soevus amor. » {Corresp.,
t. I, p. 89.)
(3) Félix Guillemardet, un de» ami« les plus intimes de Delacroix.
Son nom revient presque à chaque page, au commencement de ce
journal.

(4) Le Dante et Virgile,
eugene delacroix painting
exposé au Salon de 1822, a été au Luxembourg
et est maintenant au Louvre. Il fut acheté par l'État 1,200 francs.
Delacroix fut mis en relation avec le comte de Forbin, alors directeur
général des Musées royaux, pour la vente de ce tableau. Il lui écrivait à
ce propos : «Je désirerais en avoir 2,400 fr. Si cependant vous trouviez
« ma demande exagérée, je m'en rapporte entièrement à ce que vous
« jugerez convenable et possible en cette circonstance. J'ai trop à me
« louer de votre active bonté pour récuser votre propre jugement sur le
« prix d'un ouvrage que vous voulez bien voir avec intérêt et que vous
« avez distingué de la foule, n [Corresp., t. I, p. 87.)
(5) Cette idée l'a poursuivi longtemps et à plusieurs reprises. Dès 1819,
dans une lettre à Pierret, le malheur du Tasse le passionne.
Voici les différents tableaux qu'il fit sur ce sujet :
En 1824, il compose le premier qu'il finit et signe en 1825 pour
M. .Formé. II Texposa au Salon de 1839 et à l'Exposition universelle
de 1855. Vente Dumas Hls, 1865, 14,000 fr. ; vente Khalil-Bey, 1868,
16,500 fr. ; vente Carlin, 1872, 40,000 fr.
Un dessin, si^^jné et daté 1825, parut à l'Exposition posthume de
Delacroix, au boulevard des Italiens.
En 1827, il reprend le même sujet en changeant la composition ; ce
tableau a été refusé au Salon de 1839. (V. Catalogue illustré Robaut.)

 

An English Translation of Eugene Delacroix Journal is here.

5 stars" In order to get something worthwhile out of reading Delacroix's Journals, the reader should know something about Delacroix other than that he was a 19th century painter of the first rank. Ingres found Delacroix's work execrable and cast aspersion upon him by saying that: Delacroix was an apostle of ugliness who had come to 'end' painting as the French and the Europeans in general knew it. Today, Delacroix's work occupies a huge chunk of the Louvre's halls -- outstripping Ingre's portion. The fact that Delacroix in fact did fulfill Ingres' curse/prophecy may say something about the nature of death/life and rebirth/resurrection in art."

5 stars"...the really great thing about Delacroix's Journals is that one gets to see something about how a great artist sees and feels things." (Amazon reviewer)

4 stars"This journal is an.. account of Delacroix's life... Within these pages he includes his observations of Paris and the French countryside in the mid-nineteenth century, the people he knew like Chopin and Georges Sand, as well as his passionate reviews of works of art that influenced him. He offers sublime meditations on the nature of creativity and ruminates over ideas he has for new works. His outpourings capture the essence of the romantic movement." (Amazon reviewer)

 

 

 

 

 

Quotes

Wiki quotes From Eugene Delacroix Journal


Return from Eugene Delacroix Painting back to the homepage

 

 

 

 

 

    
[?] Subscribe To This Site

XML RSS
follow us in feedly
Add to My MSN
Subscribe with Bloglines

.

 

 

Handcrafted Paperweights
Handcrafted Glass Paperweights

Metal hand engraving on a bamboo rod
Metal Hand Engraving

Free Flower Pictures
Free Flower Pictures

Free printable Stencils
Free Christmas Stencils

Human Body Proportions
Human Body Proportions

Pablo Picasso
Pablo Picasso Timeline

Rule of Thirds in composition
Rules of Composition

 

bamboo fishing rod
Bamboo Fishing Rod


DVDs

 

wanted poster template
Wanted Poster Template

 

 

 Join our newsletter
to get freebies and
updates!